Oléagineux, Algues, graines germées, jeunes pousses, 5ème et dernière étape de la transition alimentaire

Les oléagineux 

On appelle oléagineux les fruits-graines riches en lipide. Ce sont les graines riches en matière grasse et toutes les noix : les noix ( de Grenoble), les noisettes, les noix de pécan, les noix de macadamia, les noix de cajou, les pistaches, les amandes, les pignons de pin, tournesol, arachides, sésame, lin, olives, noix de coco, chufas etc.

Vous pouvez les consommer fraîches, sèches, trempées ou germées pour certaines. Elles doivent être non chauffées et biologiques. Attention en magasin bio, la plupart sont chauffées. Pour plus de sécurité demander à votre magasin ou commander-les sur un site qui les garantie non chauffées comme : https://www.jurassicfruit.com/fr/category/4/noix

On en extrait aussi de l’huile. Si vous en consommez, choisissez toujours une huile fraîchement pressée de première pression à froid et biologique. Attention aux huiles rancie qui ont perdu une grande partie de leur valeur nutritive.

La graisse de coco doit être vierge. Toutes ces noix sont riches en lipides indispensables à l’organisme mais contiennent aussi des vitamines et des minéraux variables selon les variétés.

Vous pouvez en consommer régulièrement (plusieurs fois par semaine) en quantité raisonnable et en variant.

Les algues alimentaires

Les algues marines comestibles contiennent des vitamines et des minéraux. Elles sont notamment très riches en calcium.

Elles sont traditionnellement consommées en Asie plus qu’en Europe. On en trouve des fraîches lorsque c’est la saison, mais on peut aussi les acheter séchées que l’on réhydrate facilement quelques minutes dans de l’eau. On peut les couper en petits morceaux pour mettre dans une salade, ou faire du tartare d’algues, ou même les manger nature ou encore avec un filet d’huile d’olive et éventuellement quelques câpres.

Il en existe de toutes sortes, les plus connues sont : les noris, en feuilles plates elles servent pour faire des rouleaux de printemps crus sans gluten ou des makis, la dulce, la kombu royal, les spaghettis de mer, la wakamé etc.

Vous les trouvez toutes avec ce lien :

https://www.jurassicfruit.com/fr/category/22?showCart=0

Il y a aussi la salicorne qui n’est pas une algue mais une plante marine qui pousse autour des étangs marins ou des marais salants.

Il existe aussi une salade très ancienne avec des feuilles charnues et légèrement salées, délicieuses et difficile à trouver aujourd’hui mais si vous avez l’occasion de la goûter, c’est un vrai délice à croquer. On l’appelle quelquefois l’herbe à glace. La ferme Sainte Marthe vend des graines sous le nom de Ficoide glaciale.

https://www.cityfarmer.fr/graines-legumes-bio/364-graines-ficoide-glaciale.html

Les graines germées, les jeunes pousses, le nectar de la vie !

Les graines germées sont des graines de plantes comestibles que l’on fait germer hors de la terre afin de pouvoir les consommer directement.

Le processus de germination est censé reproduire les conditions naturelles : lorsqu’elles sont sèches, les graines sont comme en hibernation, un état dans lequel elles restent sous l’influence des inhibiteurs enzymatiques, comme l’acide phytique. Mais dès qu’elles commencent à recevoir de l’eau, l’acide phytique est éliminé et elles commencent à se développer comme si le printemps était arrivé.

Manger des graines germées permet de profiter de leur valeur nutritive exceptionnelle. Riches en vitamines, minéraux et enzymes, leurs propriétés sont bien supérieures à celles de la graine sèche. Elles sont d’ailleurs l’un des aliments phares de l’alimentation vivante.

Les graines germées contiennent aussi des fibres, qui sont essentielles pour un transit intestinal optimal, ainsi que, pour certaines, des protéines végétales.

Et comme les graines germées se consomment le plus souvent crues, tous leurs bénéfices sont préservés et les vitamines et nutriments sont facilement assimilables par l’organisme !

Enfin, leur saveur délicatement herbacée et parfois piquante sera parfaite pour sublimer vos salades vertes et crudités. Les grands restaurants les utilisent de plus en plus en touche finale.

Elles sont bon marché, facile à faire et à utiliser et très variées. Elle apportent une belle quantité de nutriments indispensables qui font trop souvent défaut dans notre alimentation moderne.

Pour commencer à faire germer vos graines, vous pouvez le faire avec ou sans germoir.

Germination en pot

Matériel requis :

Un grand pot à large ouverture

Un morceau de moustiquaire ou de tissu mousseline (ne pas utiliser du moustiquaire pour les fenêtres car il contient des métaux lourds pour le protéger des rayons UV)

Un endroit à la lumière indirecte

De l’eau tiède, de l’air et… des graines !

  1. Mettez vos graines au fond du pot, attention ça gonfle vite, n’en mettez pas trop pour commencer…
  2. Faire tremper dans trois fois le volume d’eau tiède toute une nuit pour la plupart. Mais vérifiez sur les paquets, certaines n’ont besoin de tremper que quelques heures.
  3. Le matin, videz l’eau de trempage, bien rincez à l’eau tiède et égouttez PARFAITEMENT.
  4. Une fois bien égouttées, remettez vos graines dans le bocal.
  5. Fixez votre moustiquaire sur l’ouverture du pot à l’aide d’un élastique.
  6. 2 fois par jour, lavez soigneusement à l’eau tiède et égoutter les jusqu’à l’obtention de germes ou pousses (4 à 8 jours en moyenne selon les graines)

On vient de voir comment faire germer vos graines, passons maintenant à l’étape suivante où le petit germe devient une jeune pousse.

Comment avoir des jeunes pousses ?

C’est super simple de les cultiver sur terreau ou de façon hydroponique (sans terre). Les plus populaires demeurent les pousses de tournesol, de sarrasin, de blé ou d’orge. Cependant, outre ces variétés, se rappeler que nous pouvons faire germer et pousser presque tout : pois verts entiers, seigle, ail, lentilles, etc.

  1. Placez votre pot incliné à 45 degrés pour favoriser l’égouttement.
  2. Recouvrir votre pot d’un linge en laissant l’ouverture libre pour favoriser la circulation d’air.
  3. Continuez de rincer 2 fois par jour, matin et soir.
  4. Dès que les deux petites feuilles sont apparues (luzerne), vous pouvez découvrir votre pot et le placer à la lumière indirecte pour permettre à la chlorophylle de se développer.

 

Les avantages des pousses

Fraîcheur : elles sont récoltées et consommées aussitôt si c’est vous qui les avez cultivées.

Elles sont exemptes d’engrais chimiques et de résidus de pesticides.

Faciles à faire pousser soi-même et si plaisant, un vrai jardin d’intérieur !

Elles représentent une source de vitamines, de minéraux, de fibres et de chlorophylle. En prime, d’autres substances protectrices qui ne se retrouvent qu’à cette étape de la croissance.

On peut produire des pousses autant sur terreau que de façon hydroponique.

Les enfants adorent faire pousser des graines dans des petits pots de formes et couleurs variées.

Pousses hydroponiques sans terreau, méthode:

Pour les personnes que la terre rebute, sachez que vous pouvez faire vos pousses autrement. Point besoin de terre, les pousses requièrent seulement de l’humidité car à ce stade la pousse se développe entièrement à partir de sa graine.

  1. Placer serrés et sans chevauchement des graines ou grains rincés dans un grand contenant tel un contenant pour les semis. Utiliser tout contenant perforé qui peut se placer dans un autre contenant non perforé capable de retenir l’eau.
  2. Recouvrir les graines d’eau tiède pour la nuit ou moins selon les variétés.
  3. Le matin égouttez l’eau, rincez et replacez le contenant perforé dans l’autre
  4. Répétez 2 fois par jour, matin et soir.
  5. Le germe va se pointer rapidement. Lorsque les racines auront traverser les perforations de votre contenant, ajoutez de l’eau dans le contenant du dessous et regardez vos pousses grandir sous vos yeux.
  6. Ajouter de l’eau dans le contenant du dessous au besoin.

Mangez-les dans vos rouleaux de printemps crus, votre salade, votre jus ou votre potage. Un plus exceptionnel pour la santé. Pas plus compliqué que cela !

Extrait du site : https://lesmoutonsenrages.fr/2017/07/15/graines-germees-comment-faire-ses-germinations-et-ses-pousses/

Quelles graines utiliser ?

Vous trouvez toutes sortes de variétés en magasin bio, séparées ou en mélange :

L’alfafa très connue ou graines de luzerne, c’est la plus riche et la plus complète. C’est une bonne source de vitamine A, C, B1, B2, B3, B5, B6, K, de fer, calcium, magnésium et potassium.

Les graines de tounesol sont excellentes pour le cerveau. Germées elles apportent dans leur protéines végétales tous les acides aminés essentiels, ainsi qu’une grande variété de vitamines : A, B1, B2, B3, B6, B12, D, E, F, K. Elle est aussi riche en acides gras essentiels, lécithine et en fibres.

Les graines de brocoli, comme la plante concentre des bienfaits anti cancer et anti diabète grâce à ses composés souffrés et ses anti-oxydants.

Le fenugrec est une graine mucilagineuse, elle apaise les irritations et les troubles gastriques. Elle apportent un doux babayage intestinal qui aidera au nettoyage et à l’élimination au niveau du colon. Elle fortifie ainsi l’organisme et soutien le système immunitaire.

Le blé, je ne le conseille pas même si les jus d’herbe de blé ont très bonne réputation, le blé reste une plante tellement sélectionnée qu’on peut pratiquement l’assimiler à un OGM (voir mon dernier article sur le gluten et les produits laitiers :

https://www.curenature.fr/evitez-le-gluten-et-les-produits-laitiers-etape-4-de-notre-transition/

Éventuellement vous pouvez faire germer du blé ancien si vous y tenez. Il faut savoir que l’herbe de blé ne contient pas de gluten puisqu’on ne consomme pas la graine mais uniquement la pousse.

Mais vous pouvez faire du jus d’herbe d’orge. Attention, il est plus amer, personnellement je le coupe avec de l’eau pour pouvoir le boire. En revanche pas d’inconvénient pour faire des implants rectaux lorsque vous avez besoin de reminéraliser et alcaliniser votre colon.

Il y a aussi les graines de psyllium à germer, le raifort, basilic, carotte, céleri, chicorée, tous les choux, cresson, fenouil, lentille, moutarde, persil, pois, radis, riz, roquette, sésame, trèfle etc…

Mon conseil :

Consommez des graines germées et des jeunes pousses tous les jours et sans modération !

Elles permettent de garder un bon équilibre acido-basique.

 

Dernière petite touche hygiéniste

Pas de cigarettes plus d’alcool, pas de médicaments, vous le savez déjà, c’est très acidifiant pour l’organisme et vous rendent malade.

Attention aux produits sur la peau, ils contiennent tous des produits chimiques qui pénètrent la peau et se retrouvent dans la circulation sanguine :

Les lessives les adoucissants, les produits pour le repassage etc.

Les produits de beauté et de maquillage, le gel douche le shampoing etc

Il y a des tas d’alternatives pour évitez de s’empoisonner par la peau !

Très belle santé à tous

Hélène Prunier

2 Replies to “Oléagineux, Algues, graines germées, jeunes pousses, 5ème et dernière étape de la transition alimentaire”

  1. Bonjour Hélène,
    Je suis choquée d’apprendre que les divers oléagineux qu’on trouve en magasin bio sont chauffés. Je ne comprends pas. vous parlez bien des noix, noix de cajou, amande…qu’on trouve en vrac ? Pourquoi et comment ? Puisqu’il s’agit de la graine brut ? Merci de m’apporter quelques explications, vraiment je ne comprends pas !
    Sinon merci pour cet article intéressant.
    Gaëlle.

    1. Bonjour Gaëlle, D’après ce que je sais les amandes ne sont probablement pas chauffées, mais en ce qui concerne les noix de cajou, macadamia et bien d’autres, c’est certain, elles sont chauffées. Les noix sont lavées pour une meilleure présentation (propres etc.) et pour les sécher elles sont passées en usine sous des chaufferies, quelques instants certes, mais à haute température ( pour aller plus vite), pour être certain qu’il ne reste plus d’humidité et donc éliminer les risques de développement de moisissures.
      Pour les noix que l’on achète déjà décortiquées, la aussi il faut les faire sécher pour qu’elles se conservent mieux et évitez aussi le développement des vers et autres insectes pouvant être à l’état de larves dans les graines. Le résultat est donc le même: chauffage rapide à haute température. Mais ce chauffage modifie les molécules qui entraînent des déchets dangereux non assimilables qui sont stockés dans l’organisme et peuvent devenir cancérigène.
      Goûtez des noix de cajou crues et comparez avec celles de votre magasin bio, vous comprendrez de suite!
      Très belle journée
      Hélène

Laisser un commentaire