Sungazing, où l’observation solaire

Le sungazing est l’art d’accueillir l’énergie solaire en soi pour l’utiliser comme source d’énergie pour son corps physique, mental et spirituel.

Les indications qui suivent sont proposées par Hira Ratan Manek. Suite à une pratique de 3 années, Hira proposa à la science d’observer son corps puis effectua deux « jeûnes » (un de 211 jours et l’autre de 411 jours) sous un contrôle médical strict.

La conclusion du rapport stipulait que Hira Ratan Manek ne se nourrissait pas d’aliments matériels et avait subi quelques transformations physiologiques, notamment au niveau du cerveau.

On quoi consiste cette observation solaire

Le sungazing consiste à rester debout pieds nus sur le sable ou la terre ferme face au soleil levant ou au soleil couchant, lorsque les UV sont proches de 0 soit l’heure qui suit l’heure officielle du lever du soleil ou l’heure qui précède le coucher du soleil dans votre région). Dans cette position, observez le soleil avec un regard détendu et sans lunettes.

Le protocole est précis : le premier jour juste 10 secondes d’observation aux horaires autorisés, le jour suivant on rajoute 10 secondes, et ainsi de suite jusqu’à atteindre 44 minutes d’observation solaire. S’il pleut ou qu’il n’y a pas de soleil, on n’augmente pas le temps et l’on reste sur le temps de la dernière observation.

Si vous ne pouvez pas pratiquer plus d’une semaine, reculez votre temps de pratique sungazing de 10 secondes lorsque vous reprenez.

Si vous ne pouvez pas pratiquer pendant plusieurs mois, l’hiver par exemple, reprenez à une minute puis augmentez chaque jour non pas de 10 secondes mais d’une minute jusqu’à retrouver le temps ou vous vous étiez arrêté.

S’il y a du soleil l’hiver, vous pourrez reprendre et comme à cette saison les UV sont bien moins importants, vous pourrez être plus souple dans les horaires d’observation avant 11 heures le matin et après 16 heures le soir.

Lorsque vous aurez atteint les 44 minutes, vous arrivez à la seconde étape. Vous arrêtez l’observation solaire et vous irez marcher pieds nus et tête nue chaque jour sur la terre ou le sable pendant 45 minutes. Faite cela pendant un an.

Mais si vous aimez particulièrement l’observation solaire, vous pouvez aussi continuer en descendant le temps d’une minute chaque jour. Ne descendez pas au dessous de 15 minutes, et vous pouvez ainsi continuer toute votre vie avec la marche de 45 minutes.

Ce procédé tout comme le sunyoga (voir le prochain article), recharge la glande pinéale qui s’atrophie sinon avec l’âge.

Que se passe-t-il ?

Quand vous atteindrez trois mois, vous aurez regardé fixement le soleil 15 minutes.

Que se produit-il lorsque vous arrivez à 15 minutes ?

L’énergie du soleil ou les rayons passant par l’œil humain chargent la région de l’hypothalamus qui est la voie derrière la rétine menant au cerveau. Pendant que le cerveau reçoit l’alimentation en énergie par cette voie, il est activé comme « un minuteur ». Un des programmes du logiciel inhérent au cerveau amorcera son fonctionnement et vous commencerez à réaliser les changements puisque vous aurez, dès lors, beaucoup moins de tensions mentales ou d’inquiétudes, voir plus du tout. Une paix sans objet semble doucement s’insérer dans vos vies.

Vous serez plus armés pour faire face aux problèmes de la vie en développant un mental positif. Le courage se développe et les défectuosités de l’esprit disparaissent progressivement.

Les humains ont de bonnes et de mauvaises qualités, qui sont 2 côtés de la même pièce de monnaie. En l’absence de la lumière du soleil, nous développons des attributs dis-harmonieux. Quand la lumière du soleil entre dans le cerveau, les bonnes qualités se développent en remplaçant les disharmonies.

Après 3 mois d’observation fixe du soleil, vous développez un sentiment de confiance et connaîtrez intuitivement les réponses pour vous-même. Vous développerez ainsi les puissances qui sont déjà inhérentes en vous. Les mauvaises qualités disparaîtront progressivement : irritabilité, avarice, jalousie…

Vous deviendrez une personne aimable, compatissante. Ce qui sera une grande contribution à la paix dans le monde.

En outre, la dépression mentale partira. Les psychiatres observent que très souvent la tristesse est provoquée par un manque de lumière du soleil.

Lorsque vous pratiquez entre 3 et 6 mois

70 à 80 % de l’énergie synthétisée par la nourriture est utilisée par le cerveau et employée vers le haut en servant de combustible pour les tensions et l’inquiétude. Avec une diminution des tensions mentales, le cerveau n’exige pas la même quantité d’énergie qu’auparavant. Grâce à cette diminution de tensions, le besoin d’ingestion de nourriture diminuera. Quand vous atteindrez la durée de 30 minutes à regarder sans interruption le soleil, vous serez lentement libéré de la maladie physique, car à ce moment là, toutes les couleurs résultantes du soleil auront accédé au cerveau et au corps par les yeux.

Il semblerait que seuls les problèmes mécaniques ne puissent être soignés par le sungazing.

A partir de 7 mois et demi, la faim commence à descendre de façon palpable. On ressent le besoin de diminuer l’ingestion de nourriture et d’en modifier la qualité pour que celle-ci soit la plus proche possible de l’énergie solaire.

La faim vient en raison des besoins en énergie du corps, c’est une nécessité pour son existence. La nourriture physique n’est pas une nécessité pour que le corps fonctionne, L’ENERGIE seule l’est.

Après 9 mois

Après neuf mois ou quand vous atteindrez 44 minutes d’observation, vous devrez stopper l’exposition des yeux puisque la science solaire interdit de regarder plus longtemps le soleil pour le soin des yeux (information issue d’anciens écrits). Toutefois, le corps va se décharger quand vous cesserez la pratique, il doit donc être rechargé en marchant pieds nus sur la terre nue pendant 45 minutes au moins 6 jours sur 7 pendant un an. Marchez détendu, sans stress, n’importe quand dans la journée, de préférence quand le sol est un peu chaud. Vous pouvez continuer l’observation solaire en baissant d’une minute chaque jour jusqu’à 15 minutes.

Si vous arrivez à faire tout le cycle, le besoin de nourriture solide peut disparaître et vous vivrez de prana (énergie). Votre corps sera alors épuré et vos cellules perméables emmagasineront facilement l’énergie disponible dans l’atmosphère. C’est une des plus belles récompenses de votre pratique solaire.

Vous serez libéré du besoin de manger de la nourriture physique lorsque vous pourrez vous abstenir d’absorber de la nourriture durant 5 jours sans en être affecté (perte d’énergie / perte de poids trop excessif…)

Globalement, au cours de la pratique, les besoins du corps évoluent vers une alimentation plus proche de l’énergie solaire lumineuse. Les aliments contenant une énergie lumineuse la plus proche du soleil sont les aliments vivants, tels que les fruits, les légumes, les graines germées, les jeunes pousses… non cuits.

Vous pouvez aussi boire de l’eau solarisée (chargée au soleil). C’est un antioxydant formidable qui complète les effets du sungazing.

Pour cela remplir à moitié une bouteille en verre avec de l’eau potable filtrée ou de source. Placez-la sur la terre nue si possible et laissez-la au soleil pendant 5 à 8 heures. Boire cette eau dans les 24 heures.

Pour plus de renseignements vous pouvez aller sur le site: http://sungazing.fr/

Conclusion

Ces renseignements m’ont été donnés par Sébastien que j’ai rencontré dans les tous premiers stages Régénère en 2013. Il a lui même pratiqué le sungazing plus de 3 ans, et il a pu lui aussi constater les bienfaits à tous les niveaux. Il partage son expérience dans sa ville, à Lyon où je l’ai revu lors d’une séance au parc de la Tête d’Or puis à une conférence donnée à Lyon également. Il œuvre pour que le sungazing se développe en France.

Personnellement je pratique le sunyoga dont je vous parlerai dans mon prochain article la semaine prochaine.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire