Le jeûne sec

Ce jeûne qui est suivi par les juifs et les musulmans pour des raisons spirituelles. Il ne les effraient pas car ils y sont habitués, même si c’est dur lorsque l’été par temps très chaud, il faut travailler sans manger ni boire!

Mais pour les autres, la grande peur que l’on a, vient de ce que l’on a appris à l’école, (qui est totalement faux), qu’on ne peut pas se passer d’eau et vivre au delà de 3 jours !

Pourtant l’eau que l’on boit permet surtout d’aider à éliminer. L’eau qui nourrit nos cellules et qui est parfaite pour elles, est l’eau endogène produite par l’autolyse des tissus.

Les Russes sont les plus spécialisés dans le jeûne sec thérapeutique, ou le contexte religieux a probablement influencé la médecine traditionnelle.

Ils soignent toutes les sortes de pathologies dans leurs cliniques spécifiques. Dans ces cliniques, le jeûne est même remboursé par la sécurité sociale.

Porfiry Ivanov avait remarqué lors de ses nombreuses expériences avec le jeûne sec, que jeûner à sec 42 heures consécutives par semaine était très efficace pour renforcer son organisme. Alors qu’il était condamné par la médecine à cause de son cancer à 35 ans.

Un autre grand spécialiste du jeûne sec est le docteur Serguei Filonov qui exerce en Sibérie. Je vous en parle plus bas dans cet article.

Comment se préparer au jeûne sec ?

Quelque soit la façon que vous allez choisir, je vous conseille toujours de vous préparer doucement les mois ou semaines précédents votre jeûne.

Le mieux est de commencer par ne plus manger ni boire le matin. Tous les matins !

Si c’est difficile reculer votre petit déjeuner chaque jour davantage jusqu’à le faire disparaître.

Ainsi chaque 24 heures vous habituez votre corps à se passer de nourriture solide et liquide après le dernier repas du soir jusqu’au premier repas le lendemain en milieu de journée. Cela fait un jeûne d’environ 16 heures chaque jour. C’est ce que l’on appelle le jeûne intermittent.

Bien sur il faut supprimer le sel, le sucre raffiné, les produits chimiques qui sont dans tous les plats préparés, tous les stimulants comme l’alcool, le thé, le café, le chocolat etc. et aussi les produits laitiers et toutes les céréales partout ou elles se cachent.

C’est important pour minimiser la crise d’acidose qui va apparaître dès le 3ème jour.

Ne mangez que des fruits en sens large, c’est à dire, les fruits sucrés, les légumes fruits que sont les concombres, courgettes, tomates, poivrons etc., les fruits gras comme les avocats, les olives, les oléagineux etc. et tous les légumes et de préférence crus autant que possible.

Lorsque vous êtes à l’aise avec le jeûne intermittent, prenez l’habitude de faire un jour de jeûne sec par semaine soit 24 heures, choisissez pour cela un jour de repos ou vous allez pouvoir rester tranquille chez vous.

Les 3 derniers jours avant votre cure, une petite diète au jus de légumes vous fera le plus grand bien. Après cela, commencez votre cure, vous pourrez assez facilement faire 3 jours à sec peut être plus, c’est à voir au jour le jour selon chacun. Si vous êtes accompagné, ne vous souciez de rien, l’accompagnant sera là pour vous rassurer et verra avec vous si vous pouvez continuer ou pas.

Comment jeûner à sec ?

Il y a plusieurs façons de jeûner à sec mais toujours au repos.

La façon douce

Vous pouvez pendant votre cure choisir de prendre des douches, vous brossez les dents, vous rincer la bouche avec de l’eau, prendre des bains etc. C’est la façon douce.

Le jeûne sec extrême

Mais vous pouvez choisir aussi de n’avoir aucun contact avec l’eau pendant votre jeûne et votre privation d’eau. Cette formule est souvent choisie par les personnes qui ont l’habitude de faire des jeûnes secs. Dans ce cas, vous ne vous autorisez pas à prendre de bain, douche, rinçage de dents, bain de bouche etc.

Quelquefois on le fait juste à la fin, avant de reprendre l’eau.

Tout cela dans le but d’accentuer l’autolyse que l’on va voir plus bas.

C’est un choix personnel. Jeûner dans un lieu calme au milieu de la nature, permet au corps d’absorber malgré tout l’humidité de l’air et nous sensibilise à la « nourriture par la lumière ou nourriture pranique ».

Le jeûne en cascade

Vous pouvez aussi choisir de jeûner un jour sur deux. Lorsque vous êtes bien habitué à ce rythme, passez à 2 jours de jeûne sec consécutif suivi de 2 jours d’alimentation et eau.

On peut aussi continuer plus tard avec 3 jours de jeûne sec suivi de 3 jours d’alimentation et eau et ainsi de suite.

Plus on pratique et plus cela devient facile.

Attention !

Mais attention. Après un jeûne sec, il est conseillé de passer en jeûne hydrique avant de reprendre doucement l’alimentation.

Le premier verre d’eau doit se boire par toutes petites gorgés pendant 2 heures. Ensuite boire à volonté sans précipitation, au minimum 1 litre d’eau mais sans limitation de quantité.

Restez en jeûne hydrique au minimum 24 heures et autant que vous pourrez.

On n’élimine pas les mêmes choses en jeûne sec et jeûne à l’eau, donc les deux sont importants.

Rien ne vous empêche pendant le jeûne hydrique de refaire un ou plusieurs jours à sec si le besoin s’en fait ressentir, mais dans ce cas terminer toujours par le jeûne à l’eau avant de reprendre la nourriture très progressivement.

Pourquoi le jeûne sec est-il plus efficace que le jeûne hydrique ?

On dit couramment que le jeûne sec est 3 fois plus puissant que le jeûne hydrique. Donc si vous faite un jour de jeûne sec, c’est comme si vous en aviez fait 3 avec de l’eau.

Le corps a besoin d’eau en permanence. Lorsque l’on n’apporte plus d’eau de l’extérieur, notre corps en fabrique lui même avec notamment notre graisse, mais aussi nos réserves de protéines et de sucre qu’il transforme en eau.

C’est ce que l’on appelle l’eau métabolique.

Certains spécialistes disent que l’on perd 6 fois plus de graisse en jeûne sec qu’en jeûne à l’eau.

En règle générale, on perd effectivement plus vite du poids, mais on ne peut pas jeûner aussi longtemps.

C’est essentiellement dans les graisses que sont stockés toutes les toxines polluantes que l’organisme n’a pas su se débarrasser et qu’il a stocké de cette façon pour que ces toxines ne gênent pas ou peu les fonctions vitales du corps.

Je vous invite à regarder cette vidéo de Thierry Casasnovas qui parle du jeûne sec :

https://regenere.org/videos/le-top-des-videos-regenere/pourquoi-le-jea-ne-sec-est-beaucoup-plus-puissant.html?

Les différentes phases que l’on traverse en jeûne sec

Comme pour le jeûne hydrique, on passe des paliers, les journées se suivent mais ne se ressemblent pas.

Le Docteur Serguei Filonov a établi des phases par l’observation de ses nombreux patients. Il les a appelé :

  • la phase d’excitation de 1 à 2 jours: La sensation de faim disparaît plus vite qu’en jeûne à l’eau. Le corps doit s’habituer à ne plus recevoir d’eau;
  • La crise d’acidose, après 36 heures environ: La langue devient blanche, la bouche pâteuse, l’haleine est forte. On peut perdre jusqu’à 2 kilos par jour. C’est là que l’on peut ressentir des maux de tête, des nausées, on se sent plus faible du fait de la détox qui mobilise toute l’énergie disponible. En principe on n’a pas froid ou moins froid que pendant un jeûne à l’eau. La crise peut durer 2 ou 3 jours.
  • Compensation ou adaptation. C’est entre le 5ème et le 9ème jour de jeûne sec. C’est souvent la meilleure période du jeûne lorsque l’on arrive jusque là. Le corps s’est accoutumé, on a pas trop de crise de détox, on a chaud bien souvent, comme si on avait une chaudière à l’intérieur, la soif n’est pas trop présente normalement. Il faut rester à l’écoute et ne pas hésitez à prendre son premier verre d’eau en 2 heures si on voit que l’on a trop soif.
  • Enfin dernière phase, une seconde crise d’acidose que l’on passe si on se sent prêt, sinon à l’occasion d’une autre cure de jeûne et si les réserves de graisse sont suffisantes.

D’après le Docteur Serguei Filonov, passé 11 jours en jeûne sec, la boucle est bouclée il est inutile d’aller plus loin à sec du moins pour cette cure ci. Mais on peut refaire un nouveau jeûne sec 3 ou 6 mois plus tard.

Malgré tout j’ai rencontré une personne qui a jeûné seul 21 jours à sec suivi de 5 jours à l’eau puis a repris l’alimentation avec des toutes petites quantités. Grace à cela il s’est totalement guérit d’un cancer du tube digestif au stade 4 ! cette personne a une bonne constitution, ce record ne peut pas être atteint par tout le monde.

Que se passe-t-il pendant le jeûne sec ?

Le Dr Filonov explique que l’autolyse appelée aussi autophagie moins élégamment, est la dissolution des tissus cellulaires pour les convertir en nutriments qui vont nourrir le corps de l’intérieur. Ainsi, l’autolyse redistribue les substances d’une partie de l’organisme à une autre.

L’apoptose est un phénomène normal et quotidien dans l’organisation de nos cellules. Durant le jeûne ce mécanisme est renforcé et accéléré. Lors d’un jeûne sec l’apoptose s’accroît à partir de 20 heures d’après le docteur Filonov. Les cellules, abîmées, tumorales, infectées par un virus ou encore les lymphocytes responsables d’attaques auto-immunes sont détruites.

L’acidification du corps fait suite à la dégradation des graisses, libérant ainsi les toxines qui y étaient emprisonnées. Filonov dit que plus la crise est sévère, plus les chances de guérison sont importantes.

36 heures après le début du jeûne, le corps entre en cétose. La déshydratation commence à s’installer dans le corps. Pour économiser ses ressources, l’organisme élimine les toxines, les pathogènes et les tissus malades coûteux en énergie.

En jeûne hydrique, l’élimination des déchets se fait par les émonctoires comme les poumons, la peau, les reins, pendant un jeûne sec notre organisme réagit plutôt comme une chaudière qui va brûler les toxines et la température monte réellement dans les zones qui travaillent.

Mais rassurez vous, l’organisme ne détruira jamais des tissus sains.

La baisse des ressources en eau augmente la concentration de substances actives comme les cellules souches, les cellules immunitaires, les hormones et les immunoglobulines.

Le jeûne sec a un pouvoir anti-inflammatoire plus grand que le jeûne hydrique, car aucune inflammation n’est possible sans eau.

Notre système immunitaire est stimulé. Le rajeunissement cellulaire a lieu rapidement.

Important

Ce qu’il est important de retenir, c’est qu’en jeûne sec on élimine essentiellement des « colles » qui se sont stockées un peu partout dans le corps : poumons, sinus, gorge etc…

En jeûne hydrique, il va surtout éliminer les «cristaux d’acides» qui eux se logent plutôt dans les articulations et les muscles.

C’est pour cette raison que je recommande toujours de faire un peu de jeûne hydrique après un jeûne sec, voir même aussi longtemps.

Quand et pourquoi rompre le jeûne sec avec de l’eau

Les 2 grandes indications qui montrent qu’il faut passer un jeûne hydrique progressif, c’est d’une part la bouche tellement sèche qu’on a plus de salive. Et d’autre part lorsque l’on urine plus.

En effet, nous sommes constitués de plus de 70% d’eau, les reins continuent donc à filtrer le sang. Les urines si elles sont moins nombreuses, sont beaucoup plus foncées que d’habitude mais restent présentes tout au long du jeûne. Un nettoyage profond a lieu dans toute la sphère urinaire.

Mais bien sur, si n’êtes pas obligé, loin s’en faut, d’attendre d’être arrivée à ces limites extrêmes pour passer à l’eau.

La reprise

La reprise est la phase la plus importante probablement et la plus délicate. Notre organisme a un meilleur métabolisme après le jeûne, il assimile donc bien mieux les bons comme les « mauvais » aliments. Il faut donc lui apporter que des bons aliments sans exception au minimum un mois après le jeûne.

On peut commencer par des jus de légumes frais et légers avec par exemple du concombre ou fenouil, suivant la saison, et ajouter du céleri branche ou des épinards, ou n’importe quel autre légume vert.

Progressivement, ajouter des légumes sucrés comme carotte, betterave, chou rave etc.

Puis les aliments gras comme l’avocat, les olives noires crues (les vertes ont été cueillies avant maturité), les oléagineux etc. en petite quantité au début et en augmentant les quantités très progressivement.

Enfin en dernier, les fruits frais et bien murs.

Conclusion

Lorsque l’on a expérimenté le jeûne sec, on devient accro ! Je veux dire par la, que l’on a remarqué que c’était plus facile de commencer un jeûne par le sec, car la sensation de faim disparaît plus vite, on a moins froid, et comme en plus, on a souvent des calendriers serrés, on gagne du temps puisque le jeûne sec est 3 fois plus efficace que le jeûne hydrique.

Mais dans tous les cas, je vous conseille d’y aller très progressivement. Commencez par un jour à sec, puis 2, puis 3 et continuez si tout va bien par prolonger le temps à sec sans forcer. Puis passez à l’eau encore quelques jours avant de reprendre l’alimentation.

Enfin, je vous en ai déjà parlé en 2018, le meilleur livre à ce jour sur le jeûne dans son ensemble et le seul à ma connaissance qui parle vraiment du jeûne sec (en français) est le livre de Yéléna C. Kentish, Le pouvoir du Jeûne, maigrir, guérir, rajeunir.

https://www.amazon.fr/pouvoir-je%C3%BBne-Maigrir-gu%C3%A9rir-rajeunir/dp/1982982268/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=le+pouvoir+du+je%C3%BBne&qid=1556956656&s=books&sr=1-1

Ou faire un jeûne sec accompagné?

Je vous accueille à la villa du Mas Despres pour du jeûne sec et/ou hydrique tout au long de l’année et pour la durée de votre choix entre le 15 septembre et le 15 juin. Pensez à réserver votre chambre à l’avance, les places sont limitées.

Rappel:

Toutes les personnes qui s’inscrivent maintenant et versent leur acompte avant le 30 juin bénéficieront des prix actuels même pour les réservations jusqu’en fin d’année 2019. Sinon les prix changent à partir du 15 septembre, vous trouverez les nouveaux tarifs sur le blog.

Très belle régénération

Hélène Prunier

Laisser un commentaire